Comment apprendre à gérer les « non » ?

Le « Non, cela ne m’intéresse pas », un classique. Vous aimez que l’on vous dise non ? Pas vraiment. Moi non plus ! On fait comme on peut, on se blinde, on rit jaune, on procrastine ou on rebondit. J’ai choisi de ne pas renoncer à l’action, de ne rien lâcher, de saisir toutes les opportunités. En résumé, continuer à avancer en gérant au mieux les réponses négatives. Explications !

Pourquoi c’est encore plus compliqué quand on entreprend ?

Parce que lancer sa boîte, c’est toute notre vie.  On en a rêvé, on y est arrivé. Et pour certaines, on vend notre savoir-faire, nos compétences. Donc, encore plus difficile de faire la part des choses. Et puis, entreprendre, c’est sortir de sa zone de confort. Je me crée des opportunités avec le risque de ne pas obtenir tout à fait ce que je cherchais. Certains vous diront que cela permet de tester notre persévérance, notre foi, notre conviction en ce projet. La belle jambe ! D’autres vous rétorqueront qu’un refus, c’est un échec et qu’on apprend en marchant. A choisir, je préfère réussir sans me tromper !

Je digère

C’est normal d’être contrariée par cette réponse. Nous sommes furieuses, en colère contre nous-même ou tout simplement tristes. C’est une bonne idée de reconnaître que nous sommes déçues.  Nos émotions nous envoient un message. Nier, c’est repartir, foncer la tête dans le guidon et ne pas prendre les meilleures décisions.

On se pose ; on respire. J’ai appris à mettre des mots sur ce que je ressentais, à verbaliser.On s’observe, on prend du recul et on s’écoute.

Le temps de l’action, c’est pour plus tard.

Je ne le prends pas personnellement

Nos pensées négatives sont en marche. Un non, c’est un non à un projet, à une demande et pas un non personnel. J’ai appris à faire la part des choses. Ce n’est pas parce que je rate quelque chose que je suis une ratée.

Alors, j’évite de généraliser à tous ce que cette personne, ce prospect, ce partenaire me dit.  Il n’est pas intéressé, et alors ? Je n’ai pas encore rencontré tous les autres prospects.

Dernier travers : se comparer aux autres. Derrière les sourires, les succès, se cachent souvent des moments difficiles, compliqués. Personne ou presque n’y échappe. C’est d’ailleurs ces instants là que l’on se raconte entre initiées…

J’apprends, encore et toujours

Bon, maintenant, on peut regarder la situation clairement. Qu’ai-je appris ? Qu’aurais-je pu faire autrement pour obtenir une réponse positive ? Je n’ai pas été assez précise dans ma détection des besoins de ce futur client. Les critères de décision sont différents de ceux que j’ai identifiés. Les enjeux de ce partenaire sont sans doute différents des miens, je n’ai pas entendu le message qu’il cherchait à me faire passer.

Et si ce non était une opportunité de faire mieux la prochaine fois, que feriez-vous différemment ? J’analyse positivement la situation.

A propos, je termine toujours ma journée en me demandant ce que j’ai appris aujourd’hui, j’en suis surprise et surtout, fière !

Écoute de soi, prise de recul, vision positive, il est enfin temps d’avancer, de se concentrer sur le moment présent. Cette énergie positive, nos interlocuteurs la ressentent. C’est reparti pour un tour… jusqu’au prochain « non » !

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Profil-frédérique Genicot

A propos de l'auteure

Economiste de formation, ex-cadre dirigeante avant de devenir entrepreneure, j’accompagne depuis 2006 des dirigeants de PME et des indépendants dans l’acquisition de nouveaux clients. 


En 2019, je signe mon premier livre “Adieu salariat Bonjour la liberté” aux éditions Eyrolles.

Merci,

Vos informations ont bien été enregistrées.

Un mail récapitulatif vient de vous être automatiquement adressé.

Je reprendrai rapidement contact avec vous pour convenir d'un rendez-vous.

Afin de préparer votre 1ère séance de coaching, merci de répondre à ces quelques questions indispensables.