Pourquoi écrire un livre ?

comment ecrire un livre

Oui, pourquoi écrire un livre ? Certains pensent que c’est le « nec plus ultra » pour être visible, reconnu comme un expert. D’autres ont envie de laisser une trace, de transmettre. Alors, moi, pourquoi ce choix ? Pourquoi passer six mois à aligner mots et expressions pour remettre un manuscrit de 280 000 signes ? 

Ecrire un livre après la rédaction d’articles  

J’ai toujours aimé écrire, un journal intime très jeune, les discours aux anniversaires, aux mariages.

Ecrire et lire, c’est un besoin vital, c’est tous les jours, souvent le matin très tôt. 

Un blog, les réseaux sociaux, c’est le déclic. Je n’ai plus d’excuses pour me lancer.   

Je commence par des articles, des billets courts. Trouver un angle, des mots, le rythme du web pour forcer l’attention du lecteur quelques minutes.

On a juste le temps de faire connaissance et c’est fini. Comme une série, on se retrouvera plus tard, un nouvel épisode, une relation qui commence à se tisser. 

Je parle, d’abord, de ce que je connais : vente, prospection, développement d’activité. J’essaie de rendre les choses simples et compréhensibles. Je suis dans mon élément, trop technique, parfois.   

Petit à petit, je m’ouvre, je choisis de parler de ma vie d’entrepreneure. Ecrire comme une conversation entre moi et ceux qui me lisent, initier quelque chose qui se prolonge en échanges en ligne et dans la vraie vie.

Pourquoi écrire un livre, maintenant ?

Un livre, un rêve, une idée qui va, qui vient et s’incruste. Un jour, les planètes sont alignées.

Quand mon téléphone sonne en novembre 2018, je ne sais pas encore que ma vie va changer.

« Il parait que vous voulez écrire un livre », m’annonce Emmanuelle Jappert, coach littéraire.

Ma réponse fuse. Je ne réfléchis pas quand je lui réponds que « je porte en moi plusieurs livres ».

Arrogante, sûre de moi ? Non, c’est mon cœur qui parle. Ce livre, je l’ai trop souvent rêvé, pensé, visualisé.  

Puis, très vite, un synopsis, un éditeur, Eyrolles, et un contrat début février 2019.

Un livre pour poser 13 ans de ma vie d’entrepreneure, le besoin, l’envie de rassembler, en un endroit, les conseils donnés aux « entrepreneurs en devenir » lors des conférences, des ateliers, des coachings.

Transmettre mon expérience avec un parti pris, une vision.

Entreprendre pour retrouver du sens, mais, pas au détriment d’une rémunération correcte de son travail.

Aimer ce que l’on fait, en vivre, sans tout sacrifier. Ce n’est pas parce qu’on trouve du plaisir dans cette activité professionnelle qu’on doit y passer la majorité de son temps.

Un livre pour partager mes expériences et surtout, montrer que c’est possible.

Transmettre mes méthodes, mes recettes, d’abord, et ensuite, inviter le lecteur à poser une première action. Contribuer à faire grandir l’autre, à révéler son potentiel est une mission que j’assume pleinement.

J’inspire celles et ceux qui se lancent, je suis inspirée par d’autres entrepreneurs, nous partageons tous une envie celle de penser et de faire. Un mouvement où chacun donne, transmet et reçoit, aussi.

180 pages c’est aussi l’occasion de faire le bilan, de revoir ce que j’ai choisi de laisser de côté, ce qui compte, ce que je fais autrement aujourd’hui.

280 000 signes pour définir ce fil rouge qui traverse mes nombreuses activités. Des mots pour faire d’autres liens, entrevoir d’autres potentiels, d’autres caps. Réaliser son rêve et se prendre à vouloir encore plus, en rêver d’autres.

ecriture du livre

Ecrire un livre, qu’ai-je appris ?  

Le contrat avec l’éditeur est signé, le rêve est à portée de mains. C’est le saut dans le vide, il faut y aller.

Puis, la peur fait place à l’action. Je pense à mon lecteur, plutôt, je commence à lui parler. J’écoute ce qu’il me dit, ce qu’il cherche, les questions qu’il se pose.

Très vite, je trouve le cadre qui va bien, une forme de discipline personnelle. Un plan détaillé, lire, écrire et corriger, et toujours, cette voix de l’entrepreneur en devenir.

J’écris un chapitre, un second et les autres s’enchaînent. Une course de fond. Un jour, on rend le manuscrit. On découvre la maquette, et puis, plus rien ou presque jusqu’à il y a quelques jours : la découverte du livre en chair et en os.

La couverture, mon nom, une immense fierté, une gratitude aussi pour celles et ceux qui ont permis cette belle aventure, tant d’échanges, de partages qui ont nourri mon écriture.  

Ecrire un livre, et maintenant ?

Ecrire, c’est le temps long, un travail solitaire avant de partir à la rencontre des lecteurs.

J’ai choisi de savourer ce moment, c’est une nouvelle expérience pour moi qui suis trop habituée à enchaîner les projets. Je l’écris : j’ai choisi de prendre ce temps. 

Ecrire n’est pas une finalité, mais, le point de départ d’autre chose. C’est mon intuition et je vais la suivre.

Et vous qui me lisez, vous avez envie de rejoindre le club des auteurs ? Vous vous demandez comment faire.

Je pourrai, évidemment, vous conseiller d’écrire des articles pour affirmer votre ton, votre style, puis, de vous expliquer comment écrire un synopsis. 

J’ai envie de vous poser une et une seule question : pourquoi avez-vous envie d’écrire ce livre ?

« Si vous avez le Pourquoi, vous trouverez le Comment » Friedrich Nietzsche. 

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Inscrivez-vous à la Newsletter pour être informé des dernières nouveautés.

Profil-frédérique Genicot

A propos de l'auteure

Economiste de formation, ex-cadre dirigeante avant de devenir entrepreneure, j’accompagne depuis 2006 des dirigeants de PME et des indépendants dans l’acquisition de nouveaux clients. 


En 2019, je signe mon premier livre “Adieu salariat Bonjour la liberté” aux éditions Eyrolles.